Contraception et pratiques à risque

Pille

où le préservatif n’est pas un accessoire

Pour inaugurer ce projet, nous avons décidé de faire un point sur la distinction entre préservatif et contraceptif. En effet, si cela peut paraître évident ou faire sourire, on constate que, dans un grand nombre de romances, un amalgame est fait entre les deux.

 

Ce que l’on voit dans les livres

Les exemples suivants ne sont pas une généralité, mais représentent malgré tout un nombre important de fictions.

Combien d’héroïnes de romance contemporaine ne redoutent qu’une grossesse quand le préservatif craque alors qu’elles ne prennent pas la pilule ? Combien de héros usent de la technique du « retrait » avant éjaculation ? On voit rarement se poser la question des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) dans ces cas-là. Ainsi, si notre héroïne a un moyen de contraception, il n’est pas rare que personne ne suggère le préservatif. Au mieux, nos héros se promettent qu’ils sont clean ; au pire, on se retrouve dans un univers où les pratiques sexuelles à risque n’existent pas.

Combien de mecs dans le M/M disent que la capote est inutile, avec cet argument ultime : « ce n’est pas comme s’il pouvait lui faire un bébé » ? Pourtant, avec (au moins) deux pénis, il y a matière à soulever la question de la protection…

Combien de F/F ignorent l’existence des préservatifs parce qu’on a deux vagins et pas de pénis ? Comme si l’absence d’un homme rendait une relation sexuelle plus propre et saine, les IST sont reléguées au rang de mythe.

En général, on remarque que seul le risque de grossesse légitime l’usage d’un préservatif. On sait que le bébé-surprise est l’un des ressorts favoris de la romance. Donc les auteurs ignorent (sciemment ou par manque d’informations) qu’ils donnent à leurs personnages des comportements sexuels à risque.

Les pratiques buccales (fellation, cunnilingus, anulingus) ou l’utilisation de sextoys, par exemple, présentent un risque de grossesse nul et sont donc traitées comme présentant un risque d’infection nul. Sans compter la légende qui veut qu’on ne puisse pas tomber enceinte pendant ses règles, même si cet argument reste exceptionnel dans les romances.

 

La réalité

Oui, le préservatif est une méthode de contraception.
Non, tous les contraceptifs ne protègent pas des IST.

Donc, l’usage de l’un n’exclut pas l’autre.

Dans la « vraie vie », si l’un des partenaires refuse de se protéger sous prétexte que la femme a un moyen de contraception ou qu’il promet être en bonne santé, aller jusqu’au bout de la relation sexuelle, c’est se lancer dans une pratique à risque. Avec les conséquences que cela entraîne : outre une potentielle grossesse, l’un peut contaminer l’autre sans même le savoir.

Les relations sexuelles gays ou lesbiennes n’ont effectivement pas ce souci de risque de grossesse, mais ça ne les immunise pas contre les maladies. Surtout qu’il n’y a pas que le VIH, un rapport non protégé peut en entraîner bien d’autres : hépatite B, gonorrhée, herpès génital…

Les risques de transmission d’une infection sont aussi importants lors de pratiques buccales que lors du coït « classique », voire exacerbés pour certaines infections. Le préservatif ou la digue dentaire sont des moyens efficaces de protection. La fellation est l’acte le plus pratiqué dans une relation gay, bien loin devant la pénétration anale, mais la multiplication des partenaires sans protection en fait un public plus susceptible de contracter une infection.

Assortiment de digues dentaires

Assortiment de digues dentaires

D’autre part, à propos de l’usage de sextoys, leur nettoyage ne suffit pas et il y a eu des cas de contamination lorsqu’ils sont partagés entre deux ou plusieurs personnes. Donc, que vos personnages soient hétéros, gays, lesbiens (ou bi, ou trans…), s’ils utilisent leurs sextoys sur un autre ou si on en utilise sur eux, l’idéal est de les couvrir et de mettre un nouveau préservatif à chaque changement de partenaire.

Dans tous les cas, la présence de sperme (y compris le liquide séminal avant éjaculation) et de sang peuvent augmenter les risques de transmissions. Une relation sexuelle pendant les menstruations n’est donc pas une excuse contre la protection : les risques de grossesse et d’IST sont toujours réels.

 

Comment parvenir à être réaliste à ce sujet ?

Le but n’est pas de forcer chaque auteur à suivre un cahier des charges des bonnes pratiques sexuelles, mais de trouver un moyen réaliste d’aborder cette problématique. En écrivant une romance contemporaine, l’auteur accepte de se plier aux contraintes de son époque. Il paraîtrait absurde de faire utiliser une recherche internet à un personnage du Moyen-Âge, alors pourquoi un personnage moderne ne pourrait-il pas être informé sur sa sexualité et mettre en œuvre les règles de prévention dont on lui rebat les oreilles depuis son adolescence ?

Si votre personnage féminin ne prend pas de contraceptif pour un motif quelconque (intolérance, pas de besoin, oubli…), si le préservatif craque ou est oublié, vos héros vont effectivement redouter la grossesse. Et vous pouvez parler de la pilule du lendemain, du test de grossesse, d’une visite dans un centre IVG, de la peur de garder un bébé toute seule, du refus du père de s’investir dans cette maternité…
Mais n’oubliez pas la partie « pratique sexuelle à risque » : ce n’est pas anodin. Ça peut impacter une décision sur une grossesse non désirée ou engendrer un traitement spécifique si elle garde le bébé. Il n’y a pas que le SIDA et la plupart des IST peuvent être dangereuses pour un embryon ou lors de l’accouchement ou de l’allaitement si rien n’est mis en place.

Si vos personnages n’ont pas de préservatifs, n’hésitez pas à en profiter pour sortir de la pénétration classique : tant que les organes sexuels ne sont pas en contact avec des muqueuses (bouche, anus, sexe), les situations ne constituent pas un risque. À vous donc la masturbation, le sexe intercrural

Dans le cas d’une scène de sexe hétéro ou lesbienne, si vous ne voulez pas interrompre les préliminaires en partant à la recherche d’un préservatif pour l’homme ou le sextoy, pensez au préservatif féminin : il peut être mis en place en avance et a bien d’autres avantages.

Pour une fellation, jouez sur les saveurs des préservatifs ou lubrifiants pour stimuler d’autres sens (quand on vous dit que le safe sex, c’est hot ^^).

Pour un cunnilingus, la digue dentaire est votre amie. Mais comme c’est quelque chose d’encore assez méconnu et/ou difficile à trouver, il reste la méthode qui consiste à découper un préservatif.

Si vous voulez utiliser le ressort de la grossesse surprise ou que vos personnages aient un rapport non protégé, allez-y ! Ces scénarios sont tout à fait probables et il serait dommage de les occulter complètement, mais il convient de les traiter avec le réalisme qu’une romance contemporaine exige. Soyez responsables et traitez la problématique des IST. Développez l’état d’esprit de vos personnages, ce qui les a conduits à adopter ce comportement. En plus, votre texte y gagne une sous-intrigue, donc de la profondeur et de la crédibilité 😉 .

En résumé, l’utilité des contraceptifs est de prévenir une grossesse non désirée ; celle des préservatifs (ou digue dentaire) est de protéger des IST.

Un préservatif peut remplir les deux fonctions, mais l’inverse n’est pas vrai.

Et si, vraiment, vous ne voyez pas comment incorporer ces éléments, que ni vos bêtas ni vos éditeurs ne parviennent à vous conseiller dans ce sens, il reste la solution de la note d’auteur expliquant que vous avez conscience d’avoir fait l’impasse sur ce point, mais rappelez l’importance de se protéger dans la « vraie vie ».

Quant à savoir quand, comment, combien de fois… parler du préservatif, ce sujet fera l’objet d’un prochain article !


 Magena Suret

Magena Suret est une auteur de romance et d’érotique publiée notamment aux éditions La Musardine et Reines Beaux.


A lire aussi :

« De toute façon les gens savent bien faire la différence entre un livre et la vraie vie » – 1/3

Publicités

3 réflexions sur “Contraception et pratiques à risque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s