Yaoi : Briser les vieux clichés

Sex-Pistols-yaoi-13414085-500-281

Yaoi =/= Guide du sexe

Ceci est un article de Jason Crow.

Nombre de jeunes gays découvrent le sexe via les yaoi

Avant de commencer cet article, je voudrais préciser quelque chose : j’aime les yaoi. Les yaoi bien écrits, bien dessinés, m’attirent toujours autant que quand j’étais ado. Mon préféré ? Maiden Rose. Ceux que j’aime le moins ? Junjou Romantica et Sekaiichi Hatsukoi. Pourquoi ? Parce que Maiden Rose, en plus d’avoir une histoire originale, ne dépeint pas le viol comme quelque chose de romancé. Ce qui arrive à Taki est clairement montré comme quelque chose de mal et Klaus finit par comprendre – avec horreur – qu’il s’est conduit comme un porc. Les deux hommes s’aiment, oui, mais ça n’excuse pas tout. Ce n’est pas parce qu’on aime quelqu’un qu’on lui doit notre corps et notre âme. Un être humain n’est pas un objet dont on peut disposer sans se soucier des conséquences. Votre partenaire ne vous appartient pas. Seulement, dans nombre de yaoi (attention, je suis auteur de yaoi entre autres choses et je ne considère pas le yaoi comme une tare en soi, c’est juste les messages qui me hérissent un peu le poil), on retrouve quelques vieux clichés plutôt dangereux.

  1. Le viol c’est de l’amour.
  2. Le viol, c’est du BDSM.
  3. Non veut dire oui.
  4. Le sexe sans préparation aucune n’est pas dangereux.
  5. La capote ? C’est pour les idiots.

Prenons Sekaiichi Hatsukoi. Un personnage en viole un autre. Le sexe ? No condoms, no preparation. Tout ça présenté sur fond de romance et de musique douce. Je n’ai rien contre l’auteur mais c’est quelque chose qu’on retrouve dans la plupart de ses livres et ça me dérange d’autant plus que nombre d’adolescents gays découvrent le sexe via les yaoi et beaucoup de jeunes filles partent du principe qu’elles sont des alliées de la communauté LGBT parce qu’elles lisent/dessinent du yaoi. La plupart du temps pourtant, elles ont une vision absolument terrifiante des gays. J’ai déjà entendu des choses telles que ‘tu top ou tu bottom’ ou ‘un mec qui dit non pendant l’amour c’est sexy’.

Euh… Non.

Parlons d’un incident survenu il y a peu à une convention où se trouvait le cast de la série Gotham. Des fans, adeptes de fanfiction gay et de yaoi, sont allées voir Robin Lord Taylor, l’acteur gay qui joue Oswald Cobblepot et qui est connu pour être extrêmement timide et anxieux et elles lui ont demandé de signer une photo sur laquelle était marqué le mot « Nygmopowerbottom ». Pour ceux qui l’ignorent, Nygmobblepot est le nom du pairing Nygma/Cobblepot. Oswald et Edward. C’est mignon. Ce qui est moins mignon, c’est le coup du powerbottom qui fait référence à quelque chose de très sexuel.

Soyons clairs : que les gens aient des fantasmes, c’est une chose. Mais qu’ils les montrent à un acteur qu’ils savent mal à l’aise en public et qui est très pudique quant à sa vie privée avec son mari ? Nope. Ca ne se fait pas. Et elles trouvent que c’est normal parce que dans les yaoi et les fanfictions, ça marche comme ça.

Et pour revenir aux jeunes gays qui découvrent le sexe dans les yaoi…

Ok, ces filles étaient peut-être juste très mal élevées. Je suis d’accord. Mais ça reste perturbant parce qu’elles justifient leurs actions en disant que dans les livres c’est normal. Et elles ne sont pas les seules à penser ainsi : des jeunes gays découvrent le sexe dans les yaoi, je l’ai dit plus haut. Or, dans les yaoi :

  1. Pas de préparation ou peu
  2. Pas de nettoyage
  3. Pas de préservatifs

Il y a comme qui dirait un petit souci. Je l’ai déjà dit dans un précédent article, c’est un coup à se retrouver avec des choses pas très propres et du sang sur soi et quelqu’un sera blessé. Soyons clairs : un anus ne se lubrifie pas tout seul. Un anus est fragile. Une prostate est fragile. Un anus peut se déchirer. Un anus, ce n’est pas propre.

Et accessoirement, quand quelqu’un dit ‘non’ ou ‘stop’, il est temps d’arrêter. Ce n’est pas sexy. Le viol n’est pas sexy. Une tentative de viol n’est pas sexy. Si votre partenaire vous dit qu’il ne veut pas, qu’il n’aime pas ce que vous êtes en train de lui faire, arrêtez.

Silence =/= Consent 

Il arrive que la victime se freeze complètement et soit incapable de bouger, de parler, de réagir. Dans les yaoi, on retrouve parfois cette notion et le violeur s’en sert pour dire  » tu n’avais qu’à dire non ». Victim blaming, much ? Le silence n’est pas une preuve de consentement.

Erection =/= Consent

De la même façon qu’une femme peut jouir pendant un viol (ce qui rend l’expérience encore plus traumatisante), un homme peut avoir une érection et même une éjaculation pendant un viol. Une réaction physique n’est pas une preuve de consentement. La seule preuve de consentement qui ait une réelle importance, c’est celle que vous donne votre partenaire, un ‘oui’ franc et net, un ‘je suis d’accord avec ce que nous allons faire’.

Petit conseil

Il n’y a aucune honte à demander à votre partenaire s’il souhaite faire l’amour ou s’il veut seulement se limiter à quelques caresses, peut être une petite fellation. Et il n’y a aucun mal à être prudent. Demandez à votre partenaire comment il se sent pendant l’acte. Communiquez. Je sais, je sais, dans les yaoi, il est rare que le ‘dominant’ (les rôles peuvent s’inverser de temps en temps, un actif peut faire le passif et vice-versa) se montre aussi prudent. Mais vous n’êtes pas un personnage de manga. Alors prudence. Et par pitié, ne croyez pas qu’un anus s’élargit au fur et à mesure des rapports. Votre anus retrouvera toujours son étroitesse originale au bout du compte. C’est une barrière de muscles très fragile. Alors dooooucement cow-boy. On n’est pas au rodéo.

Oh et en ce qui concerne le lubrifiant ? La salive n’est PAS un lubrifiant. Voilà. Rien ne vaut le bon vieux lubrifiant classique, même si c’est cher. Quand j’étais jeune, j’ai tenté l’huile d’olive. Oui ? Bah ça fait mal et c’est très con. Et pitié, pitié, si vous n’êtes pas sûr que votre partenaire soit clean, utilisez un préservatif. Quant au nettoyage, ça ne prend pas longtemps et ça rend tout beaucoup plus agréable.

En conclusion

Un yaoi n’est pas un guide du sexe. Un yaoi est une oeuvre de fiction et comme toute oeuvre de fiction, un yaoi peut être franchement peu réaliste. Est-ce qu’un yaoi est une mauvaise chose ? Non. Loin de là. Mais un yaoi n’est pas la vraie vie.

Renseignez-vous. Posez des questions. Soyez prudents.

Et… Enjoy !


Jason Crow

Jason Crow est un auteur de romans et nouvelles érotique gay.


A lire aussi :

Un exemple de Dark romance réussi : In These Words

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s