Osez 20 histoires érotique de Noël – Fellation et préservatif

EXTRAIT
Osez 20 histoires érotique de Noël
« Sur les genoux du Père Noël »

 

Autrice : Magena Suret
Éditions : La Musardine

Elle se glissa à genoux au sol et un éclair de compréhension satisfaite illumina le visage de Timothée qui se rallongea sur ses coudes. Il laissa Amandine lui descendre le pantalon jusque sur les chevilles et écarta au maximum les cuisses. Elle ne perdit pas de temps et plongea sur sa verge, l’enveloppant aussitôt dans sa bouche sur quasiment toute sa longueur. Si elle avait anticipé la fellation, elle aurait favorisé un préservatif aromatisé ; toutefois, le goût du caoutchouc était atténué par leur rapport préalable. Elle ne mit pas longtemps à entendre son partenaire haleter.
Elle suça et aspira avec d’autant plus d’enthousiasme, jouant avec les testicules au creux de sa paume, jusqu’à percevoir la veine gonfler sur sa langue. Elle l’avala alors aussi profond qu’elle le pouvait et le garda au fond de sa gorge tandis qu’il remplissait la protection de son plaisir.

Publicités

Dangereusement Heureux – Pénétration manuelle avec protection de latex et consentement oral

EXTRAIT
Dangereusement Heureux

Auteur : Varian Krylov
Éditions : Auto-édition

Je ne lui dis pas non, même si rien que l’idée me paraissait franchement horrible. Clinique, anatomique, invasive et un peu sadique. Je ne sais pas ce que j’avais imaginé que nous pourrions faire au lit ensemble, excepté peut-être se masturber mutuellement et, éventuellement – j’avais fantasmé dessus et étais presque certain que j’aurais aimé – le baiser, mais être pénétré de cette manière ne m’avait même pas effleuré et, tout à coup, mon corps devint rigide, prêt à se défendre avant même qu’il n’ait touché un seul muscle.

Il se rallongea très lentement, mais pas complètement sur moi, juste pour murmurer à mon oreille.

— Me fais-tu confiance ?

Je croassai un faible « oui », comme si un serpent s’était enroulé autour de ma gorge et serrait ses anneaux, essayant de m’étouffer progressivement.

— Ce n’est pas une question pour ton cerveau, Aidan. C’est une question pour ton cœur. Tu y as pensé et tu as dit « oui ». Mais que ressens-tu ? Peux-tu me faire confiance ?

J’essayai d’oublier l’image d’une main gantée de latex qui sondait ma cavité anale pour revenir à nous, à cette chambre chaleureuse, à ce que j’avais ressenti lorsqu’il m’embrassait, me touchait et me regardait.

— Oui.

— Alors, je vais faire très attention à ne pas gâcher cette confiance.

— D’accord, dis-je.

Extrait soumis par : Kate Lyna.

Dangereusement Heureux – Accident de préservatif

EXTRAIT
Dangereusement Heureux

Auteur : Varian Krylov
Éditions :
Auto-édition

Avant même qu’il n’ait fini de parler, Dario me percuta durement et rapidement quatre ou cinq fois et se raidit, frissonnant, gémissant et finit par s’affaler sur moi. Peu à peu ses gémissements se calmèrent, son corps se détendit et je sentis sa main contre mes cuisses et mon cul alors qu’il retenait la base du préservatif avant de se retirer.

— Putain… Merde ! dit-il à nouveau.

Au début, je pensais que c’était à cause des répliques ou de la pression finale quand le sphincter appuie sur la queue lorsque l’on se retire et que le gland est si sensible, mais quand je vis le visage de Xavier, je sus que quelque chose n’allait pas. Peut-être que je saignais. Les mains de Xavier glissèrent de mes cheveux et Dario me releva, si bien que j’étais assis sur mes talons. Lorsqu’il rencontra mes yeux, il avait un étrange regard timide 

qui ne lui convenait pas du tout.

— Le préservatif s’est déchiré.

Je ne dis rien. Pas parce que j’étais en colère ou terrassé. Mais parce que je ne savais pas quoi dire.

— Je suis désolé, dit-il, cherchant une réaction sur mon visage. Je sais que c’est important et je veux que tu saches que je me fais tester tous les quatre mois. Je ne rate jamais un rendez-vous. Je suis sain. Et depuis le dernier, tu es le seul avec qui j’ai couché… en dehors de Vera.

— C’est bon, dis-je. Je vais bien.

— Demain, nous pourrons prendre rendez-vous. Pour nous deux. Juste pour que nous soyons tranquilles et que tu n’aies pas de soucis.

— Très bien.

Extrait soumis par : Kate Lyna.

Pour te faire craquer – Rapport sans pénétration car absence de préservatif

EXTRAIT
Pour te faire craquer

Auteur : Valéry K. Baran
Éditions : Harlequin

— Je veux, je… Merde, je n’ai pas de capotes avec moi, souffla-t‑il enfin, avec un regard perdu.
— Je…
Elle mit quelques secondes à intégrer ce qu’il disait.
— Moi… Moi non plus, reprit‑elle. Enfin…
Mais où ? Elle en avait ramené en arrivant de Paris, mais elle avait beau se creuser la tête, elle n’avait pas la moindre idée de l’endroit où elle avait pu les laisser. La propriété était énorme et avait été retournée dans tous les sens. Et si ça se trouvait, elle les avait jetées, et c’était hors de question que Romain se décolle la moindre seconde de sa peau !
Elle était folle… Folle. La bouche de Romain s’écrasa brutalement sur la sienne et elle put sentir le désespoir dans son baiser. Des coups de reins plus intenses s’ensuivirent, mouvements réflexes qui témoignaient de la force de l’envie qui était la sienne et qui enflammaient à chaque instant plus violemment son bas-ventre. Elle serra avec force ses épaules. Elle devait… Ils devaient… Des alarmes s’allumaient dans sa tête, des « Qu’est‑ce que je fous ? » et « Ce n’est pas possible » et, par-dessus, le désir, irrépressible, et le refus de voir disparaître ce qui était peut‑être la seule chance qu’ils avaient de vivre ça.
(…)
Quand il la relâcha, elle ne savait plus ce qu’elle voulait, elle ne savait plus où elle en était, sinon que son corps pulsait du besoin de délivrance et que Romain entre en elle… Peut‑être juste pour une fois. Juste celle-ci. Elle accueillit la bouche qui se posa sur la sienne, et y gémit tandis que leurs sexes se frôlaient.
— Oh ! Charlie, dis…
Il l’embrassa vivement, tremblant contre ses lèvres, avant de finir sa phrase :
— Dis-moi où tu as des préservatifs.
Elle ne sut que répondre, affligée.
— Je ne sais pas, se lamenta-t‑elle tandis qu’il baisait les pointes de ses seins, finissant de lui griller le cerveau.
La main de Romain passa alors sur sa taille, ses reins puis… d’un coup, il la retourna sur le ventre et elle frémit de stupeur, et se cambra quand il revint l’embrasser sur la partie la plus sensible de son anatomie. Le visage enfoui dans ses avant‑bras, elle se mordit les lèvres et remonta sa croupe sous ses baisers, désespérée et languissante. Lorsqu’il attrapa ses fesses pour positionner son membre juste dans leur pli et donner de longs coups de reins, elle posa la tête au sol et gémit d’excitation. Les mains de Romain étaient brûlantes, à la fois tendres et empressées, et son souffle lourd derrière elle témoignait de l’ampleur de son désir.
— S’il te plaît, murmura-t‑elle en tournant la tête pour chercher son regard.
Elle perdait l’esprit.
— S’il te plaît…
Il se serra contre elle en frémissant.
— Charlie…
Sa voix grondait, toute de besoin contenu.
— Ne me tente pas, souffla-t‑il. Pas plus que je ne le suis déjà. Je…
Puis il attrapa ses hanches et se mit à frotter son sexe contre le sien si vivement qu’elle trembla d’envie.